RETOUR AU CADRE

 Divers < La démographie médicale en région PACA
 Etat des lieux au 1er janvier 2000 - Formation des médecins

 

A l'analyse de l'évolution de la densité médicale il faut ajouter celle du numerus clausus.
En effet, les facultés de Médecine de Marseille et de Nice ont des numerus clausus qui ont baissé depuis 1984 respectivement de 33% et de 18%, (en1984/1985, 387 étudiants en PCEM2 dans la région, et 273 en 2000/2001). Dans le même temps, le numerus clausus national a baissé de 23% (5 000 en 1984 à 3 850 en 2000). Des disparités existent entre les facultés de la région. Le numerus clausus de la faculté de Marseille a davantage diminué que celui fixé pour la France, et que celui fixé pour la faculté de Nice.
Actuellement, les numerus clausus de la région représentent 5% (pour Marseille) et 2% (pour Nice) du numerus clausus national. En comparaison, le nombre de médecins dans la région représente 10% de l'effectif national, et la population régionale 8% de la population française.

Si l'on s'intéresse au nombre de postes d'internes pour la région PACA qui préfigure le nombre de spécialistes formés par les CHU de la région, on constate que celui-ci était de 142 postes en 1993 (104 pour le CHU de Marseille, 38 pour celui de Nice) et qu'il est passé, en 2000, à 114 (76 pour le CHU de Marseille, et 38 pour celui de Nice). Ces valeurs n'ont pas évolué pour la faculté de Nice, alors que le nombre de postes d'internes pour Marseille a chuté de 26,9% depuis 1993.
Compte tenu qu'en 2000 il y a 1 843 postes ouverts en France, la région PACA représente donc 6,2% des postes d'internats (Marseille 4,1%, Nice 2,1%). Ces proportions n'ont pas évoluées depuis 1993 puisqu'elles étaient respectivement de 4,8 et 1,9%.

On peut s'interroger sur l'origine de la formation des médecins. On remarque que 5 908 médecins (soit 31,8% des médecins de la région) proviennent d'une région extérieure, principalement des régions limitrophes: Languedoc-Roussillon (1 035 soit 5,6% des médecins de PACA), et Rhône-Alpes (5,5% des médecins de PACA), composés de Lyon (626 médecins), Grenoble (341), St Etienne (43). Mais la plus grande proportion vient de l'Ile de France (1 496 soit 8,1% des médecins de PACA). Par contre le nombre de médecins venant d'autres pays d'Europe reste faible (188 soit 1,0%).

Au niveau départemental (figure 4) les disparités d'origines sont marquées.
Dans les départements des Hautes Alpes et du Vaucluse (tableau A1 en annexe 7.4), les médecins originaires de la région PACA représentent moins de la moitié des médecins installés. Il y a 325 médecins formés en dehors de la région PACA dans les Hautes Alpes, et 978 dans le Vaucluse. Les académies frontalières ont beaucoup d'influence. En effet, 19% des médecins des Hautes Alpes sont diplômés de Grenoble et 20% de ceux du Vaucluse sont diplômés de Montpellier-Nîmess.

Figure 4
Origine des médecins installés dans la région, par département.

Il n'existe pas de différences entre les spécialistes et les généralistes selon leur origine: 32%, soit 3 248 des 9 999 médecins spécialistes installés en PACA, viennent d'une autre région, et 31%, soit 2 661 des 8 545 médecins généralistes installés en PACA, viennent d'une autre région (tableaux A2 et A3 présentés en annexe 7.4). Si l'on regarde au niveau des groupes de spécialités, on ne retrouve pas de différences majeures.

Le nombre de médecins diplômés des académies d'Aix-Marseille et de Nice représente, au 1er janvier 2000, 15 588 médecins exerçant en France (8% exerçant au 1er janvier 2000). La faculté de médecine de Marseille en a formé 12 743, dont 6 059 généralistes et 6 684 spécialistes, et celle de Nice 2 845, dont 1 355 généralistes et 1 490 spécialistes. Parmi les médecins formés en PACA, 2 952 sont installés dans d'autres régions, 2 449 venant de Marseille (1 266 généralistes et 1 183 spécialistes), et 503 de Nice (264 généralistes, et 239 spécialistes). Les principales régions d'installation sont la Corse (565 médecins) et l'Ile de France (455).

L'évolution de ces installations en PACA et hors PACA est particulièrement intéressante. Si l'on évalue les dates d'inscription à ADELI dans la région depuis 1980 des médecins actuellement en activité (figures 5a, 5b et 5c), on remarque que le nombre de médecins diplômés hors PACA a tendance à se rapprocher de celui des médecins diplômés de PACA. De plus, il reste toujours supérieur au nombre de médecins qui partent, c'est à dire diplômés de la région PACA qui s'installent dans une autre région.

Figure 5a
Evolution des installations annuelles de médecins :
proportions de médecins formés en
PACA ou hors PACA .

En 1999 le nombre de médecins diplômés hors PACA qui se sont installés en PACA (451 médecins) a dépassé le nombre de médecins formés en PACA qui se sont installés dans la région (421 médecins). Ils représentent en 1999 plus de 50% des nouvelles installations, alors qu'en 1980 ils ne représentaient qu'environ 30%. Ce phénomène reste vrai quelle que soit la qualification, puisque 182 généralistes et 239 spécialistes inscrits en 1999 en PACA sont diplômés d'une faculté de la région alors que 202 généralistes et 249 spécialistes inscrits en 1999 en PACA sont diplômés d'une autre faculté

Figure 5b
Nombre de médecins généralistes par année d'inscriptions et par lieu d'obtention du diplôme
du 1er janvier 1980 au 1er janvier 2000.
Diplômés de PACA inscrits en PACA
Diplômés hors PACA inscrits en PACA
Diplômés de PACA inscrits hors PACA

Figure 5c
Nombre de médecins spécialistes par année d'inscriptions et par lieu d'obtention du diplôme
du 1er janvier 1980 au 1er janvier 2000.
Diplômés de PACA inscrits en PACA
Diplômés hors PACA inscrits en PACA
Diplômés de PACA inscrits hors PACA

Il existe une arrivée régulière d'un nombre de médecins généralistes à peu près stable entre 1980 et 1996, et ceci, même quand le nombre de généralistes formés et installés en PACA baisse. De 1996 à 1998, l'évolution entre les généralistes formés hors PACA et ceux formés en PACA qui s'installent dans la région, est parallèle, augmentant en 1996 puis diminuant légèrement en 1998. Par contre, en 1999 le nombre de généralistes formés hors PACA qui s'y installent augmente de façon importante. Cette évolution atypique, au vue des années antérieure, doit être surveillée de prés dans les années à venir.
Pour les spécialistes, on peut observer une très légère augmentation du nombre d'installations hors PACA des médecins formés dans notre région, entre 1980 et 1999. La forte augmentation des arrivées de spécialistes formés ailleurs entre 1980 et 1987 se stabilise jusqu'en 1995. L'augmentation qui suit est très forte jusqu'en 1999. En contre partie, le nombre de spécialistes formés en PACA qui s'y installent décroît fortement de 1984 à 1996. L'augmentation brutale de 1997 ne semble pas se poursuivre sur les 2 dernières années.

Deux hypothèses principales peuvent être formulées.

  • D'une part la tendance qu'a chaque individu à migrer vers le soleil, l'héliotropisme, s'applique évidemment aux professions médicales.
  • D'autre part, la deuxième hypothèse est posée en terme de besoins de santé, suggérant une faible satisfaction des besoins. En effet, si l'offre de la région en médecins est insuffisante pour couvrir les besoins, bridée par les numerus clausus et les postes d'internes, les médecins formés ailleurs n'hésiteront pas à venir s'installer dans la région où le travail ne manque pas.

D'autres hypothèses ne peuvent pas être exclues telle que l'origine géographique initiale qui agit principalement sur les spécialistes du fait du concours national de l'internat.

 Il y a donc de plus en plus de médecins formés dans d'autres régions qui s'installent en PACA, (les arrivées ont doublé depuis 1993 passant à 451 pour l'année 1999), dépassant les médecins formés dans la région (421). Les départs des diplômés de PACA ne les compensent pas (177 pour l'année 1999)

 

 

© Faculté de Médecine de Marseille, DRASS PACA